9/10Community : une série originale, étonnante et incontournable

/ Critique - écrit par Guillaume (), le 25/01/2011
Notre verdict : 9/10 - Pour le bien commun (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 51 réactions

On aime parfois rencontrer des séries comiques qui sortent des sentiers battus. C'est le cas avec Community, où un groupe d'étudiants traverse mille délires plus absurdes les uns que les autres.


Jeff Winger
Prenez un avocat qui vient de se faire rayer du barreau, pour cause de diplôme non valide (Colombia ne semble pas être un homonyme de Columbia University) ; faites-le retourner à la fac. Joignez-lui un groupe d'étude d'espagnol dont tous les membres sont frappa-dingues, mélangez fort et obtenez... Community. Une série délirante qui fonctionne grâce à des situations totalement incongrues ou des dialogues absurdes.

Oui, il faut aimer le genre pour espérer en profiter. Mais ce serait plus que dommage de passer à côté de ce phénomène. Jeff (Joel McHale), Pierce (Chevy Chase), Britta (Gillian Jacobs), Abed (Danny Pudi), Shirley (Yvette Nicolas Brown), Annie (Alison Brie) et Troy (Donald Glover) ont déjà un fort potentiel. Entre l'ex avocat égocentrique, le senior naïvement raciste, le cinéaste amateur vivant dans son monde, la catho qui a Jésus dans sa vie, la bimbo mal dans sa peau et le joueur de football un peu simplet, il y a déjà un fort potentiel de situations amusantes. Mais quand on ajoute à cela l'univers de l'université de Greendale, c'est carrément décapant. De la mascotte à faire peur jusqu'aux professeurs alcooliques, du gars aux longues pattes jusqu'au beau gosse hippie, on a vraiment de quoi faire.


Pierce
Tout ce petit monde évolue dans une réalité alternative, n'est-ce pas ? Ou alors on peut imaginer que suivre des cours d'espagnol avec un prof chinois autoritaire, se mettre en slip pour jouer au billard, ou croire fermement qu'on est un magicien boudhiste, sont autant de choses parfaitement normales ?

Community propose réellement un humour différent de ce que l'on peut trouver dans les autres séries. Comme en son temps le fabuleux, mais néanmoins méconnu Arrested Development, la série parvient à faire mouche malgré une très forte originalité. Mais c'est certainement aussi grâce au casting soigneusement formé que l'alchimie est possible. Aucun personnage n'est creux, non pas qu'ils ont forcément tous un background incroyable, mais plutôt qu'ils présentent tous des caractères bien particuliers.

Britta Perry
On pourrait avoir peur, un peu comme dans The Big Bang Theory, que rapidement la répétition s'installe. C'est sans compter l'ingéniosité des scénaristes (Dan Hammon en tête), qui parviennent à ne pas trop se fixer toujours sur le même personnage, la même histoire, etc. et à instaurer régulièrement des gags en parfaits décalages, parfois sortis de nulle part, et souvent pas si politiquement corrects que cela.

Krinein vous invite à y jeter un œil. Peut-être n'arriverez-vous pas à adhérer à l'humour de la série, mais persévérez encore quelques épisodes : ça peut être beaucoup trop original au premier abord pour l'apprécier pleinement. Persévérez, et vous me remercierez.

A découvrir
Backstab
Backstab
X-Files : Aux frontières du réel - Saisons 1 à 7
X-Files : Aux frontières du réel - Saisons 1 à 7
Amicalement vôtre
Amicalement vôtre