7.5/10Les 4400 - Saison 1

/ Critique - écrit par Djak, le 15/11/2004
Notre verdict : 7.5/10 - Les 4400 coups (Ecrivez votre critique)

Pour vous parler de cette série, je pourrais, pour le style, tenter de trouver 4400 arguments en sa faveur. Et il n'est pas dit que je n'y arrive pas vu sa grande qualité. Mais commençons par le début et expliquons tout d'abord ce qui se cache derrière ce nom un peu barbare de « Les 4400 ».

Au cours du siècle dernier, des milliers de personnes ont mystérieusement disparu. De nos jours, une comète ressemblant à celle de Haley se dirige droit sur la Terre. Malgré les efforts désespérés des gouvernements pour la détruire, celle-ci rentre dans l'atmosphère. Mais soudainement et inexplicablement la comète disparaît, laissant place aux 4400 personnes portées disparues qui réapparaissent telles qu'elles étaient au moment de leur disparition. Personne n'a changé, et surtout personne ne se souvient de rien. Pour ces 4400 personnes, il ne s'est pas passé une seconde.
Une agence du FBI est alors créée pour gérer et aider les disparus à reprendre une vie normale. Deux agents du FBI sont chargés d'enquêter sur cet étrange phénomène. Ils découvrent rapidement que ces individus risquent de changer l'Humanité à jamais...

The 4400, comprenez donc Les 4400 est vraiment une série atypique. Ainsi, elle prend à contre courant la tendance actuelle. Depuis quelques temps, il est vrai que les extraterrestres et surtout les enlèvements ont la côte : Disparition par exemple. Les 4400 reprend l'idée mais à l'envers. Au premier abord la nuance est minime, pourtant c'est cette idée basique qui va faire toute la différence.
En effet, le premier atout de cette série est sans nulle doute le suspense palpable et le mystère insoutenable qui entoure « les revenants ». Comment ont-ils disparu ? Qui les a enlevés ? Et surtout, pourquoi les avoir ramenés ? Ces questions, il va falloir s'y faire car elles reviennent sans arrêt. En regardant cette série, le spectateur va pouvoir faire travailler ses méninges mais aussi avoir les nerfs à vifs car les indices sont distillés petits à petits et sont souvent noyés dans de nouvelles interrogations. C'est par l'intermédiaires de deux agents du FBI que les spectateurs vont alors suivre l'évolution et la réintégration souvent très difficile des 4400.

Tom Baldwin et Diana Skouris ont pour mission de surveiller et d'aider les 4400. Au fil des épisodes on suit donc leur travail quotidien. Les missions sont aussi variées que le nombre de « revenants » et de plus en plus compliquées. En effet, les nouveaux Mulder et Scully ne vont pas chômer. S'il est assez facile pour une personne disparue en 2000 de reprendre une vie normale, il en est tout autre pour un soldat disparu pendant la guerre du Vietnam comme pour une fillette de 8 ans disparue en 1938. Les exemples sont légions.

En outre, Les 4400 soulève alors un nombre incalculable de questions par l'intermédiaire de ces réintégrations. En effet, les 4400 sont vite vus comme des extraterrestres pour la population. Leur réinsertion est encore plus dure. La série sert alors à dénoncer de nombreux travers de notre société comme l'exclusion et le racisme.
Ainsi, Les 4400 se montre une série aussi riche et intelligente que surprenante.

Pourtant, vous n'avez encore rien vu...

En effet, et si vous appreniez que votre voisin est un des « revenants », comment réagirez-vous ? Et si vous appreniez qu'il a dorénavant un don, comment réagirez-vous ? Et si vous appreniez qu'il n'est pas revenu par hasard... Peut être en vérité la véritable force de cette série se trouve-elle là, dans ce scénario si brillamment monté, dans cette histoire extraordinaire.

D'un point de vue plus technique, la série a des objectif ou alors un budget plus modeste. Ainsi, les effets spéciaux n'ont rien de transcendants, la réalisation et le montage sont assez classiques. Les acteurs principaux jouent correctement, dans une juste mesure. Seuls Peter Coyotte : le chef du bureau chargé de la surveillance des disparus, et la petite Conchita Campbell : la première des disparus tirent leur épingle du lot. Les deux agents du FBI : Tom et Diana, alias Joel Gretsch et Jacqueline McKenzie font un peu fades et ne sont pas assez imposants à l'écran. Mais là, je pinaille.

Pour conclure, je ne rajouterai qu'une chose, la chaîne USA Network a battu des records d'audience avec la diffusion de cette série, Les 4400 réussissant à rassembler plus de 7 millions de téléspectateurs.
Bon alors certes, je ne vous ai pas donné 4400 raisons de voir cette série mais si vous êtes encore indécis alors retournez à Sous le soleil.