4.5/10L'amour est dans le pré

/ Critique - écrit par Luz, le 13/08/2007
Notre verdict : 4.5/10 - Pourquoi la vache qui rit, rit ? (Ecrivez votre critique)

L'amour est dans le pré, ou, comment reconnaître une femme parmi les vaches?

Les systèmes de rencontres amoureuses sont de plus en plus élaborés, et utilisés. Revenons quelques années auparavant, quand les paysans, à ne pas prendre ici au sens péjoratif, regardaient les petits annonces du Chasseur Français afin de trouver leur dulcinée, car privés d'internet, ils ne pouvaient par conséquent pas surfer sur Meetic ou autre site du même genre, et se retrouvaient alors, stylo à la main, à entourer quelques mots et numéros dans leur journal favori.  

Afin de ne pas laisser ses pauvres agriculteurs se morfondre dans leur solitude, M6 a trouvé la solution : les aider. Et cela, sans leur fournir de connexion Adsl, mais en leur tenant la main. L'émission se veut porteuse d'espoir, annonçant dès le générique le pourcentage d'agriculteurs, et en parallèle, le pourcentage de célibataires. Des chiffres forts, qui parlent d'eux mêmes. Un fait sociologiquement réel, c'est vrai.

Le programme pourrait s'annoncer positif, cependant, un gros bémol : pour être paysan, il semble falloir être dénué de beauté, être un peu bêta, et de surcroît macho. Au lieu d'aider un milieu qui semble avoir du mal à atteindre un accord parfait entre le boulot et la vie familiale, M6 nous présente des personnages tout à fait invivables, ce qui nous entraine à médire : « Et après, on se demande pourquoi ils sont encore seuls ». Le casting est surprenant de ridicule : trié sur le volet, M6 nous a gardé la crème de la crème. Les clichés fusent, c'est intéressant pour notre bonne petite chaîne qui augmente ainsi son audimat. Les Français ont besoin d'authentique, du "made in France" version rurale. Il faut supporter le caractère de ces ours mal léchés choisis par la production. Tous les traits de caractère d'ermites solitaires sont rassemblés ici. Mais le trait de caractère prédominant est sans conteste le machisme. Avec un tableau aussi sombre, quelle femme de bon sens oserait même se présenter pour s'approcher de l'étable ? Soit des femmes désespérées en manque d'amour et ne croyant à plus grand chose dans la vie, soit des dindes de première et qui cadrent donc parfaitement avec la ferme.  

Hors une remise en question pour les participants, on ne peut que se demander où est l'intérêt d'une telle émission. Une critique de l'agriculture ? L'agriculteur serait alors une personne tout à fait proche de ses bêtes, par le caractère et par le physique ? Où va-t-on, si l'on s'arrête à cela?  

Un petit point positif pour l'émission, tout de même, qui nous permet de voir le travail astreignant et prenant qu'est l'entretien d'une ferme, et qui par conséquent, nous font entrevoir les raisons d'un célibat ou d'un mariage difficile, car il faut pouvoir trouver la femme, ou l'homme correspondant à ce train de vie.  

Suite à son portrait télévisuel, chaque candidat reçoit un nombre incalculable de lettres pleines de propositions, parmi lesquelles il choisit de rencontrer en speed-dating certains membres du sexe opposé. Suite à ce rendez-vous, le "paysan" doit choisir deux femmes, ou deux hommes pour venir vivre une semaine dans son environnement. C'est là que le doute nous envahit : dans ces deux choix nous retrouvons systématiquement le schéma suivant : la belle et la moins belle, pour rester politiquement correcte. Bien sûr, la fin est toute tracée. Qui choisirait la "moche" ?

Une fois passé le cap du choix : la femme emmène l'homme chez elle, en ville avec ce que cela implique de préjugés bien entendu. Si l'homme survit, une troisième épreuve intervient : le weekend en amoureux (ou pas), permettant un dernier test susceptible de dire, si oui ou non, le couple choisit de continuer ou d'arrêter l'aventure. Là, l'émission devient peut être plus intéressante, plus honnête, en dévoilant les "couples" possibles, et leurs évolutions. Le tout prend une allure sincère, la caméra aide à extérioriser les problèmes, et on se rend vite compte que le but n'est pas le "tout est rose", mais bien la compréhension, plus humaine de ce qui construit, ou défait, des relations.  

Pour clôturer l'aventure, une rencontre globale est réalisée entre tous, point fort de cette émission, des avis vont être partagés, un peu trop idéalisés à notre goût, mais le principe est bon : en effet à quoi a servi cette émission pour les protagonistes concernés, qu'ont-ils appris, que sont-ils devenus? Autant de questions que nous nous sommes, nous-mêmes, posées.  

Vive la campagne, vive les cochons et vive les vaches, pour ne pas dire, vive les dindons de la farce !