5/10Dancing show

/ Critique - écrit par iscarioth, le 15/07/2006
Notre verdict : 5/10 - Dancing fluo (Ecrivez votre critique)

Tags : dancing semaine show emission saison france elimine

Ce n'est un secret pour personne, depuis le tout début des années 2000 en France, musique et télé réalité font très bon ménage. Il y a la Star Academy, qui tient bon l'audience depuis 2001, mais aussi d'autres émissions comme Popstar ou la Nouvelle Star sur M6. Même le service public s'y est mis. France Télévisions, en prévision du concours de l'Eurovision, a effectué sa sélection par le biais d'une émission, où l'on voyait les candidats être éliminés les uns après les autres. France 2, en cet été 2006, s'avance encore plus franchement dans les territoires de la télé réalité avec le lancement de Dancing show, une sorte de Nouvelle star de la danse.

Le nouveau Sevran

Oui, le rapport est direct. Là où M6 déniche la nouvelle star de la musique, le chanteur, le Dancing show met en avant la danse et tente, en mélangeant les avis du public et d'un jury de spécialistes, de trouver le couple parfait. A la découverte du Dancing show, notre première pensée ne va cependant pas à la Nouvelle star mais à Pascal Sevran qui embrume tous nos dimanche midis depuis plus de vingt ans avec ses émissions musicales qui plaisent tant aux personnes du troisième age. Comme dans une émission de Pascal Sevran, on voit des couples danser sur des musiques pas forcément très en vogue et dans des tenues parfois ridicules ou ringardes. Le coté très rococo du plateau, c'est ce qui choque le plus à l'oeil au visionnage du Dancing show. Des centaines de spots, une multitude d'éclairages flashy, un décor et une mise en scène clinquants, à la limite du ringard. Du rose, de l'orange, du violet... En un mot : du fluo. Il faut aussi compter sur des tenues de danse parfois très ridicules ou donnant dans le cliché le plus absolu. Rajoutons à notre petite liste d'éléments clinquants le jury de spécialistes ainsi que les chorégraphes, tous très « sophistiqués ». Des allures latinos, dandy, extravagantes et BCBG. Tout ce beau monde est orchestré par Anthony Kavanagh, qui nous rappelle au passage que présentateur de télé n'est pas son métier. L'émission est en direct (normal, pour un show), notre humoriste balbutie, bégaye et se reprend toujours par le biais de l'humour (son fameux effet rembobinage de cassette). Problème, si les sketchs d'Anthony Kavanagh se tiennent plutôt bien, son sens de l'improvisation n'est pas forcément des plus hilarants.

France 2 à la sauce réalité


Dancing show
peut faire penser à la fois à une émission de Pascal Sevran (la danse, l'orchestre, la mise en scène) et à un épisode de la Nouvelle star. Le Dancing show, dans son mode de fonctionnement, a bien intégré les ressors de la télé réalité. Les votes sont pour moitié formés par les appels du public et par un jury de quatre spécialistes qui attribuent des notes sur dix, en vue d'un classement général avec, bien sûr, des repêchages. Caractéristique atypique de l'émission de télé réalité, les performances des participants sont à chaque fois précédées d'un petit reportage où l'on s'intéresse à la préparation du couple mais aussi au comportement et au relationnel des deux partenaires. Des images montées et commentées par une petite voix lyrique qui n'est pas sans rappeler celle, ridicule, de Y'a que la vérité qui compte. Comme la Star Academy, le Dancing show pose des problèmes d'identité et de personnalité. Les participants doivent passer d'un style de musique à un autre, sur commande. On peut appeler cela le professionnalisme, on peut aussi voir ces oscillations comme une preuve flagrante du manque d'authenticité de l'émission. Les candidats intègrent une gestuelle, une danse, qui fait bien souvent parti d'un mouvement ou d'un folklore auxquels ils ne connaissent souvent rien. Le résultat est bien souvent caricatural, cliché et plastifié.

Des points positifs

N'exagérons rien cependant, les points positifs existent. On peut reconnaître au Dancing show des qualités pédagogiques. L'émission parle hip hop, disco, salsa, rumba, tango, mais passe aussi en revue une multitude d'autres mouvements bien moins connus, des danses qui se rapportent parfois à une période enfouie de la première moitié du vingtième siècle. Les néophytes pourront se réjouir de quelques découvertes. Autre point positif, le spectacle est de bonne qualité. Les participants réalisent des performances à la fois sportives et artistiques. La danse est un mode d'expression, chose qui est bien communiquée par l'émission, avec souvent une complicité et une sensualité forte dans les représentations. On appréciera aussi l'utilisation d'un certain vocabulaire technique sur la danse dans l'émission qui, bien que léger, atteste d'une certaine honnêteté.


France 2 s'est donc bien converti aux dures lois de la télévision actuelle, en construisant le Dancing show comme toutes les autres émissions de télé réalité de ces dernières années. Le résultat est bien moins mauvais que la plupart des autres émissions du genre mais tout de même décevant. La passion est là, mais l'on attendait moins de clinquant et plus de pédagogie.