8/10Gilmore Girls - Saison 3

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 12/08/2005
Notre verdict : 8/10 - More-tales (Ecrivez votre critique)

Tags : rory lorelai episode gilmore jess saison luke

La troisième saison de Gilmore Girls repart sur les mêmes bases que la deuxième. Toujours aussi variée dans ses scénarios, elle confirme le talent d'écriture d'Amy Sherman-Palladino et de son équipe (dont son mari Daniel Palladino, le producteur éxécutif de la série, particulièrement actif à la rédaction des épisodes de cette saison).

Comme pour la deuxième saison, la prolifération de chemins scénaristiques ne va pas sans quelques temps morts qui se font légèrement sentir dans les premiers épisodes. Néanmoins, le rythme reprend rapidement sa cadence, offrant une quantité de personnages et de situations dans lesquelles le tout à chacun est forcé de se retrouver à un moment ou un autre.
Essentiels pour le dynamisme de la saison, un certain nombre de protagonistes sont mis en lumière: Kirk, l'élément le plus comique de la série, impayable dans son innocence absurde; Taylor Doose (Michael Winters), qui tente sans cesse d'imposer aux autres sa vision de la ville; Trix Gilmore (Marion Ross), la mère grincheuse du grand-père de Rory; Sherry Tinsdale (Mädchen Amick), l'amie indélicate de Christopher; Dave Rygalski (Adam Brody), le musicien évoluant dans l'entourage de Lane; Mrs. Kim, dont les valeurs autoritaires se font de plus en plus pesantes... On note aussi des guest-stars sympathiques pour les fans de Melrose Place et de Twin Peaks, à savoir le beau Rob Estes et Sherilyn Fenn.

Moins chargée de drames familiaux que les saisons précédentes, la saison 3 de Gilmore Girls est centrée sur les histoires d'amour de Rory, ses aventures scolaires à Chilton (manipulations, déceptions amicales...), son avenir à l'Université, la vie professionnelle chamboulée de Lorelai, la quantité impressionnante d'évènements de Stars Hollow (fêtes, match sportif, enterrement, concours divers...). Les amours d'adolescence de Rory prennent de l'ampleur avec un Jess toujours formidablement insupportable, un Dean toujours admirablement irréprochable et une Rory dont le coeur balance. Aussi, la sexualité des « teenagers » est abordée de manière subtile, trouvant un ton juste entre la morale et le « laisser aller ».
L'argent, le travail et les questions d'avenir, aussi bien pour les jeunes que pour les adultes, deviennent des questions importantes, apportant des remarques intelligentes et des moments marquants.
Encore plus que dans la saison 1 et la saison 2, une poignée d'épisodes se démarquent clairement des autres: ceux du concours de danse (3.07), de la fête foraine (3.10), de l'hôpital (3.13), du match de hockey (3.15), de la fête de jeunes (3.19) et le dernier de la saison, dont le « speech » de Rory est à pleurer de tendresse.

Toujours aussi riche en références culturelles, en retournements sentimentaux et dramatiques, en scènes et dialogues humoristiques, la saison 3 de Gilmore Girls continue d'étendre finement le champ de ses histoires quotidiennes.