9/10Google Earth

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 09/09/2005
Notre verdict : 9/10 - Comme un oiseau (Ecrivez votre critique)

Tags : google earth version monde terre images street

Si vous avez déjà rêvé de faire le tour du monde en un clin d'oeil, vous en avez maintenant la possibilité. Découvrir chaque recoin de la Terre et voler au-dessus des continents tel un oiseau est devenu aujourd'hui réalisable grâce à Google. Et oui, cela reste malheureusement virtuel, le propulseur à ion-particules subatomiques n'ayant pas encore été inventé. Alors pour l'instant, le matériel nécessaire se limite en un ordinateur d'un niveau technique correct et en une connexion ADSL. Cela sera suffisant pour faire tourner Google Earth, un logiciel de navigation 3D de la terre couplant relief, images satellites et informations géographiques. Pour le faire marcher, rendez vous sur cette page et télécharger le (seulement 10Mo). Ensuite, installez-le et c'est parti pour l'aventure.

Le système est simple et performant grâce à une 3D particulièrement fluide et à une navigation intuitive. A chaque zone correspond des photos satellites dont le niveau de précision est plus ou moins marqué. A l‘échelle du globe, les surfaces grisées indiquent une meilleure résolution, celles où l'on peut distinguer les bâtiments. Le logiciel étant américain, le meilleur degré de précision est atteint sur les grandes villes américaines dans lesquelles on discerne clairement les voitures. C'est on ne peut plus facile à afficher, il suffit juste d'attendre que les données se téléchargent.
En plus de voir des images de la Terre vue du ciel, on peut également s'y promener. Chaque point dispose d'une altitude et le monde est ainsi entièrement représenté en relief. Le rendu est incroyable et on a vraiment l'impression de se promener à l'intérieur d'une vallée de l'Himalaya ou de dominer le Mont-Blanc. Afin d'avoir une meilleure vue du relief, il faut régler dans les options l'"elevation exaggeration" (tout est en anglais) sur 3, ce qui triple l'altitude de chaque point.

Si vous cherchez une localisation précise et que vous avez du mal à vous repérer, le système de recherche n'est pas encore totalement efficace. Il est correct pour un nom simple et unique qu'il trouvera rapidement, vous y emmenant par la même occasion. En revanche, si vous cherchez un nom mille fois usité du genre Saint Martin, il n'en reconnaîtra qu'un, ce qui est dommageable.

Google Earth permet aussi grâce à la fonction "Places" de visualiser ou de rajouter des vues, c'est-à-dire une position géographique et un angle déterminés. Il en existe des présélectionnées comme la Tour Eiffel, le Mont St Helen ou le site olympique de Sydney et vous pouvez créer les vôtres. Rien de tel pour retrouver votre maison ou l'Everest.

En plus de ces fonctions de recherche et de localisation, Google Earth dispose d'une importante base d'informations qui sont utiles, faciles d'accès et bien sûr localisées. Affichées par couches et disponibles dans la fonction "Layers", ces données représentent la partie la plus intéressante du logiciel et celle qui se développera dans le futur puisqu'elle n'est aujourd'hui véritablement disponible que pour le territoire américain. Ainsi, chaque citoyen états-unien peut trouver dans chaque ville les restaurants par type, les hôtels, les banques, les bars, les cinémas, les centres commerciaux ou bien les écoles, avec même le numéro de téléphone et l'adresse de chacun. On peut même y trouver les statistiques démographiques et criminelles de chaque comté dont les frontières sont bien sûr représentées. Pour les grandes villes, les constructions ont même été modélisés, rendant la navigation dans la ville parfaite. Retrouver le Cook County Hospital de Chicago a été un jeu d'enfant.

Pour le territoire non américain, l'information est beaucoup plus limitée. Hormis l'affichage détaillé des routes, on n'a pas le droit à grand-chose. Seules les grandes villes ou les noms de sommets sont affichés ce qui est finalement assez peu. Google Earth aurait pu mieux organiser les noms de lieu pour nous laisser les afficher par le biais des couches. Il manque ainsi les noms de fleuves, de capitales (indiquées mais pas en tant que telles) ou de pays. Tout ce qui est scolaire en réalité. Autre information intéressante, on peut voir tous les séismes d'une magnitude supérieure à 2 ce qui en fait un bon paquet et risque de faire peur aux habitants de la Côte d'Azur.

Une dernière catégorie de données, réalisée par les utilisateurs est également disponible. Elle nous permet d'afficher des liens Internet sur le site recensé ou l'image d'une webcam de l'endroit indiqué.

Google Earth est un logiciel tout à fait impressionnant par sa praticité et son contenu. Il l'est tellement qu'il prête à polémique puisque l'on peut voir des bases militaires, des sites nucléaires ou qu'il remet en cause la simple liberté de chacun, tout le monde pouvant voir ce que contient le jardin de son voisin. Je ne parle même pas des applications que l'on peut établir à partir de ce programme. Toutefois, au niveau de résolution actuelle cette question n'a pas lieu d'être et le logiciel est une merveille de technologie, de connaissances et d'utilité pour l'utilisateur lambda. On aimerait juste que l'Europe puisse bientôt profiter des mêmes informations que celles qui sont mises à la disposition des Américains. Il reste encore deux ou trois choses à améliorer (la recherche et l'affichage des noms) mais dans l'ensemble c'est excellent. Ils sont forts chez Google, réussissant à faire mieux pour leur premier essai que les spécialistes du genre, la NASA, avec leur World Wind, justement moins fonctionnel, moins précis et moins adapté au grand public.