2/10Michaël Youn - Pluskapoil

/ Critique - écrit par Nicolas, le 31/01/2006
Notre verdict : 2/10 - La bouze (Ecrivez votre critique)

Tags : michael youn dvd eur pluskapoil spectacle etat

Les opinions sur Michaël Youn et son humour sont partagées, c'est un fait. D'un côté, la génération Morning Live (plutôt jeune, donc) scande son nom à en perdre la voix et suit aveuglément chacune de ses pitreries ; et d'un autre, la génération non-Morning Live (donc englobant ce qui reste de la population) le fuit comme la peste tout en s'efforçant d'invoquer je ne sais quelles atteintes au bon goût. Pour ma part, autant le bonhomme m'était indifférent dans ses émissions (= se balader à poil et hurler dans un gigaphone) et dans ses films (La Beuze, Les 11 Commandements, Iznogoud), autant après avoir découvert son "spectacle comique" nommé Pluskapoil, je me sens obligé de choisir un camp : celui des détracteurs, assurément.

Car Pluskapoil est un peu ce que l'on pourrait appeler le « concentré de tout ce qu'on qualifie de "mauvais goût" dans un spectacle comique », alternant la vulgarité et les gags puérils avec un entrain et un sens de la non-écriture à tomber par terre de consternation. « C'est ça qui est drôle » ? Il ne faut pas pousser. Autant des artistes comme Jean-Marie Bigard arrivent à faire passer la pilule (la plupart du temps) par leur écriture et leur talent, autant Youn se complait à miser gros sur l'image en elle-même. Quoi de plus drôle que de se balader avec un sexe en plastique démesuré, juste pour rigoler ? En montrer toutes les applications possibles et imaginables, toujours pour rigoler ? Au bout du compte, on est mené à se dire que la rédaction du "spectacle" a du occuper en tout et pour tout un week-end, tellement les idées manquent cruellement - mises à part bien sûr, toutes les idées pouvant porter sur le sexe, l'éjaculation, les fluides corporels, le pénis, le vagin (et je m'efforce de trouver des synonymes, car il est évident que le "comédien" se fera un plaisir d'utiliser les mots les plus crus pour accentuer sa toute puissante folie créatrice). Par exemple, pour faire "comique", Youn n'hésitera pas à malmener le public, en lui jetant des trucs et des choses, mais aussi en faisant monter sur scène une jeune fille pour la retourner dans tous les sens du terme. Ce moment du "spectacle", démesurément long et puéril, demeure dans mes souvenirs comme l'une des pires choses qui puissent arriver à quelqu'un. Le plus infect dans tout ça, c'est que la prestation générale se borne tellement à renifler autour des mêmes thèmes qu'il m'est impossible de développer davantage ou de dénicher un point fort (ou moins mauvais) dans cet immonde produit sous-culturel.

Je ne mentirais pas en vous disant que plusieurs personnes de ma connaissance ne sont même pas allés jusqu'au bout du "spectacle". Pour Krinein, je l'ai fait, et je ne le regrette pas. Et donc, pour résumer en quelques mots mon avis : l'un des pires spectacles "humoristiques" qu'il m'ait été donné de voir. Et ça se passe de commentaires supplémentaires.