7/10Sisley (Tomer) - Stand up

/ Critique - écrit par Nicolas, le 03/10/2006
Notre verdict : 7/10 - « Tomer… c’est super… » (Ecrivez votre critique)

Gagnez le DVD de Tomer Sisley avec Krinein. Toutes les informations ici.

A presque 33 ans, et au vu de son succès sur scène, Tomer Sisley est en passe de devenir une des nouvelles références de l'humour francophone. Pourtant, tout n'était pas gagné. Après un premier one man show écrit à la sortie du bac, et qu'il tentera de répandre à travers de petites montées sur scène très localisées, il s'envole pour Paris afin de contribuer à remplir les casting les plus diverses, de la série internationale à la météo. Il décroche un petit rôle dans la série Highlander, puis la tête d'affiche de la sitcom Studio Sud de M6 (avec notamment Séverine Ferrer). Intéressé par les Stand Up du monde entier, Tomer entre dans une phase d'écriture intense, poussé par Kader Aoun (auteur / metteur en scène, entre autres pour Jamel Debbouze) et cumule les succès lors de scènes ouvertes.
Récompensé par le Prix de la Révélation au festival d'humour Juste Pour Rire en 2003 (premier français à l'obtenir), il continuera à se forger une notoriété en assurant la première partie du one man show de Jamel Debbouze (2004) et en participant au Jamel Comedy Club sur Canal + (2006).

Le Stand Up est une forme alternative du One Man Show, consistant à laisser son auteur seul sur scène en compagnie d'un micro. L'humoriste débite alors sans s'interrompre de courtes histoires inspirées de la vie quotidienne et de la société contemporaine, en cherchant à privilégier le côté spontané de son humour. Quelques grands noms de « stand uppers » : Jim Carrey, Jamel Debbouze, Chris Rock, Gad Elmaleh, Adam Sandler, etc.

Et c'est ce que fait donc Tomer Sisley pendant un peu plus d'une heure et quart, laps de temps que beaucoup jugeront très court au regard du prix d'une place de spectacle ou d'un DVD. Mais peut-être n'en fallait-il pas plus pour donner à ce genre de spectacle très épuré (un mec, un micro) ses lettres de noblesse. Tomer commence en s'affirmant à la fois Juifs et Arabes, présentant du même coup ses difficultés à vivre au quotidien le racisme, l'antisémitisme, et la religion double, enchaîne en avouant adorer pourrir la vie des gens et en dissertant sur le sport et son utilité (un grand classique de l'humour en général), pour achever sa réflexion sur des thèmes plus orientés sexe. Si l'humour de Tomer n'est au fond pas très original, l'humoriste possède néanmoins un style à part et une manière d'aborder les choses, tout en décontraction, aisèment reconnaissables. Ainsi, même si le fou rire peut ne pas être au rendez-vous, le cocktail de vannes qu'il propose amène facilement le sourire quelque soit le sujet qu'il décide d'aborder. Le plus étonnant reste sa totale décontraction face à son public, et l'effort qu'il fournit pour paraître spontané. Limite, parfois, il ne s'agit plus d'un monologue mais d'une conversation échangée entre gens de bonne tenue.

Pas grand-chose à tirailler niveau bonus, mis à part un petit supplément de 15 minutes de Tomer (son sketch de 5 minutes sur la scène du Trévise, et un autre de huit minutes coupé au montage final) et un documentaire de 20 minutes sur l'humoriste. A côté, un casting météo plutôt foireux, 3-4 minutes d'acro-base (?), et deux comiques passés en première partie du spectacle de Tomer (Ben et Thomas Ngijol).

Conclusion en version longue : Tomer Sisley nous livre un spectacle un peu court, certes, mais suffisamment amusant pour passer un très bon moment. Le style Stand Up se marie à merveille au style de l'humoristique, tout en décontraction et en sourire.
Conclusion en version courte : un artiste à découvrir.