2/10Super nanny

/ Critique - écrit par iscarioth, le 12/09/2005
Notre verdict : 2/10 - La Mary Poppins de l'horreur (Ecrivez votre critique)

Tags : super nanny emission sylvie jenaly enfants news

La Mary Poppins de l'horreur

Ca y est, Super nanny rempile pour une deuxième saison sur M6. Il faut dire que la chaîne a expérimenté bien des émissions l'an dernier en matière de télécoaching. On a « aidé » des gens à maigrir, à être plus propre, à changer de look, de vie et même, ici, à être parent. De toutes ces émissions ayant fleuri l'an dernier sur M6, Super Nanny est celle qui a le plus marché en se hissant, en terme d'audimat, aux cotés de TF1 pour la première partie de soirée.

Un personnage

On peut expliquer le succès de l'émission à son personnage principal. Cathy est un archétype. Notre diplômée en puériculture, pour ses débuts en télévision, a très bien su élaborer un personnage atypique, à la limite du caricatural... Notre Cathy est toujours habillée d'un tailleur noir et d'un chemisier blanc, a toujours les cheveux plaqués et attachés derrière le crâne, un air grave et une mine pincée accrochés à la figure. Elle a une fâcheuse tendance à articuler démesurément chacun des mots qui sortent de sa bouche, a des expressions faciales très prononcées et une attitude guindée, renfermée. Un personnage que l'on caricature facilement, que l'on cerne dès les premières minutes. Un personnage que la caméra et les effets de montage amplifient à l'extrême. On filme Cathy repoussant sur son nez ses lunettes aux bords noirs épais comme on filme au ralenti Cantona redressant son col de maillot ou comme on représente Napoléon fourrant sa main dans sa poche ventrale... « Elle a exercé son savoir-faire dans le monde entier, des palais orientaux aux maisons bourgeoises françaises ». Chaque début d'émission présente Cathy comme le Robocop de l'éducation et de l'enfance. Elle a tout fait, tout vu et rien ne lui résiste. Avant même que l'émission n'ait réellement commencé, les téléspectateurs savent déjà que la Super Nanny en question vaincra tous les problèmes. Reste à savoir comment elle s'y prendra.

Exciter la curiosité

Comme bien des émissions de téléréalité, Super nanny commence par exposer une rapide présentation de la situation. Pas assez large pour former un résumé mais suffisant pour exciter la curiosité du téléspectateur, l'empêcher à tout prix d'atteindre sa télécommande. Pendant la première phase de l'émission, Super nanny débarque dans une famille et observe. Forcément, rien ne va et la voix lourde du commentateur est là pour bien nous faire comprendre la situation de chaos. Puis, notre super nounou fait « son diagnostic ». Elle sort les quatre vérités aux parents, qui vivent leur premier moment de téléhumiliation et finissent souvent par s'effondrer en sanglots devant l'étendue de leur incompétence. Puis, Cathy « passe à l'action ». Elle fixe de nouvelles règles de vie et, en concordance avec les parents, les fait appliquer aux enfants. Elle s'éclipse ensuite de la maison pendant quelques jours. Les caméras, elles, restent et rendent compte de la plus ou moins bonne évolution des parents en l'absence de leur Cathy salvatrice. Finalement, Cathy revient pour « les finitions ». Elle corrige les imperfections du comportement des parents et finit par s'en aller, laissant une famille en larmes, à la vie bouleversée. L'équipe de M6 ne manque pas l'occasion de porter haut ce moment de grande émotion avec une bande son et des ralentis appropriés...

Tous de la viande...

L'équipe de M6, tiens... Parlons en... Elle doit avoir un travail de titan pour sélectionner, semaine après semaine, des familles aux situations toutes plus désespérées les unes que les autres ! Super nanny joue sur le même credo que de nombreuses autres émissions de manipulation et d'humiliation comme Sans aucun doute, par exemple. Il faut trouver, parmi la foule de prétendants à l'émission, des phénomènes télévisuels, des cas hors du commun, pour satisfaire l'oeil carnassier du téléspectateur friand... Et non, pauvres naïfs ! Le but avéré n'est pas d'aider les parents. Dans ce cas-là, on fonde une association, on ne fait pas de téléréalité !

Enfants turbulents ou parents paumés ?

On croit que Super nanny réalise de véritables miracles avec les enfants récalcitrants. Ce n'est en fait pas des enfants qu'il s'agit mais des parents, souvent irresponsables, sans aucune pédagogie ou carrément perdus. Les préceptes de base que Cathy inculque aux parents sont connus de tous ceux ayant un peu d'expérience, professionnelle ou familiale, avec des enfants. Regarder l'enfant dans les yeux et se mettre à son niveau pour lui parler, ne jamais pratiquer la privation de nourriture en tant que punition, ne pas utiliser l'alimentaire comme monnaie d'échange, favoriser l'autonomie dans la vie quotidienne, gérer les punitions et les félicitations avec intelligence... Des principes simples que toute personne responsable incorpore dans sa façon d'élever un enfant. Le « travail » de Cathy n'a donc rien de surhumain. N'importe qui ayant un minimum de bon sens est en droit de critiquer les méthodes des parents passés en revue. Pas besoin d'avoir vingt ans de métier ou d'être allé à l'autre bout du monde...

Il serait plus intéressant de voir Cathy gérer un groupe d'une vingtaine d'enfants dans un centre social d'une banlieue chaude du nord de la France ou de la région parisienne. L'émission se ferait plus honnête et le téléspectateur pourrait en apprendre beaucoup plus sur sa super héroïne en la voyant réagir face à une violence verbale et physique bien plus poussée que celle que l'on a pu voir jusqu'à présent... Cathy, sait-on jamais, si tu lis ces lignes...