5/10Terra Nova : pas nouveau

/ Critique - écrit par Nicolas, le 20/01/2012
Notre verdict : 5/10 - Terre indigeste (Ecrivez votre critique)

Tags : nova terra saison series spielberg fox france

Quand Steven Spielberg annonce son intention de produire un feuilleton télévisé, doté d’un budget indécent et parlant de science-fiction et de dinosaures, l’amateur de séries vaguement cinéphile se met en émoi. Quoi de plus aguichant qu’une sorte de Jurassic Park en version longue ? La promesse, même si elle n’était pas officielle, venait d’être passée avec un parterre de potentiels fans de tout poil, qui n’attendait plus qu’une chose : que la série arrête d’être repoussée et se diffuse enfin sur les écrans américains. Hier soir, 19 janvier, Terra Nova faisait les choux gras de Canal+, ce qui permit aux spectateurs français de comprendre pourquoi les audiences américaines n’ont pas été au rendez-vous. Car, oui, Terra Nova est décevant, peut-être même plus.

Terra Nova : pas nouveau
"Allez, qui reprend de la purée ?"
La série raconte le quotidien d’une colonie terrienne installée des millions d’années dans le passé, avec l’objectif de se donner « une seconde chance » alors que la Terre du 22ème siècle se meurt à petit feu. Régulièrement, de nouveaux groupes de colons sont envoyés à travers un portail pour grossir la colonie et lui fournir les compétences dont elle a besoin. Au-delà de toute considération spatio-temporelle qu’il vaut mieux mettre de côté, comme d’habitude lorsque l’on parle de voyage dans le temps, Terra Nova va mettre l’accent sur les aventures d’une famille de colons bien précise : les Shannon. Ils sont beaux, courageux, forment plus ou moins une famille unie, défendent des valeurs morales incontestables, et sont rapidement les chouchous de la colonie. Car malgré leur arrivée plutôt discutable au sein de Terra Nova, la famille va vite se forger une place de choix grâce à leur incroyable patrimoine génétique :
-         Jim, le papa, est un ancien flic intelligent, juste, costaud, protecteur,
-         Elisabeth, la maman, est bien conservée, médecin, intelligente,
-         Josh, le fiston, est jeune bad boy beau gosse au cœur tendre, qu’on essaye presque de nous faire passer pour un rebelle - c’est raté -,
-         Maddy, l’adolescente, a un visage d’ange, est une tête de classe bien remplie, romantique et soumise à l’autorité familiale,
-         Zoé, la petite dernière, fait craquer tout le monde avec son innocence enfantine.

Terra Nova : pas nouveau
"Non, je ne suis pas
le Colonel Miles Quaritch de Avatar."
Comment les détester ? Impossible me direz-vous. D’ailleurs, on ne peut pas dire que la tempête règne sur l’entente familiale, malgré quelques conflits bien vite rangés. Chacun aura sa petite histoire dans chaque épisode, plus ou moins développée, plus ou moins cucul, pour nous rappeler qu’ils existent et qu’ils sont les héros. Mais le fer de lance sera évidemment Jim, puis qu’il sera directement en contact avec le cœur de la colonie : Nathaniel, joué par l’incontournable Stephen Lang. A travers lui, c’est tout le carburant de Terra Nova qui est filtré. On essaye lui filer un côté sombre – c’est raté -, de lui donner un passé impliquant directement l’avenir de la colonie – c’est raté -, et de lui donner un contexte familial intéressant – c’est raté également. Car si les premiers épisodes posent des bases à la Lost, c’est pour mieux tout aplatir par la suite et révéler un fondement de Terra Nova : le manichéisme. Chaque personnage apparemment très mauvais sera effectivement très mauvais, chaque personnage un peu ambigu agira selon des contraintes respectables, et chaque personnage sympa sera effectivement sympa – tout du moins sur la première saison. Bref, chaque début d’intrigue s’essouffle à peine commencée, quand il ne s’agit pas de remplissage pur et simple, au milieu d’une intrigue générale dont on se fout rapidement de toute façon.
Reste les dinosaures. Ou plutôt, ne reste pas. Terra Nova se colle au milieu des dinosaures pour mieux ne pas les utiliser. Cela se passerait dans une forêt du Milwaukee, cela serait pareil tellement le contexte préhistorique est mis à l’écart de toute considération, à quelques rares exceptions près.

Terra Nova offre une première saison bien loin de ce que l’on attendait, assez pauvre sur son environnement, très porté sur les valeurs familiales (Spielberg oblige, il est connu pour ça), et doté d’un réseau d’intrigues peu passionnantes. Le season finale est de loin le plus représentatif des épisodes de la série : un soupçon de dinosaures, un scénario étrange et assez mal construit, et une résolution par-dessus la jambe. Il y a du travail pour la saison 2…

Terra Nova : pas nouveau
DR.