4/10Vis ma vie de médecin blonde : Le journal de Meg

/ Critique - écrit par Luz, le 18/06/2011
Notre verdict : 4/10 - Schkrubs (Ecrivez votre critique)

Tags :

J'ai faim, j'ai faim, j'ai faim ! Avoir un homme qui sait faire du chocolat chaud c'est bien, mais en avoir un qui sait le faire vite, c'est mieux... Bon je n'vais pas me plaindre, il apporte des toast beurrés avec.

« On regarde quoi en mangeant ?
- Ben tu voudrais découvrir Le journal de Meg avec moi ? Je voudrais faire une critique ! 
- Tu ne veux pas plutôt parler des Experts
- Mais non, mais tu vas voir ça va être cool, on va pouvoir rapprocher ça de
Scrubs, Grey’s Anatomy, ou … L'Hôpital ?
- Mouais okay, fais voir ! »


DR.
Le beurre des toasts fait des ronds dans le lait bouillant, accompagnant le saut de la nouvelle héroïne, robe de mariée trainant et mascara loin d'être waterproof. La série s'annonce clairement à l'eau de rose, avec un petit goût de chocolat.

Les images défilent, les toasts disparaissent, le chocolat chaud se remplit de miettes, et Meg jongle avec deux mains gauches et deux médecins riches et beau-gosse. L'un est  obstétricien et dépressif, l'autre est chirurgien et croit être le "meier"... Il y a un petit côté "Scrubs sous bromure", avec son héroïne maladroite brimée par son supérieur (dans le cas présent, elle en est amoureuse), et la voix off supposée apporter un point de vue comique.

« Mais non, elle peut pas se mettre avec le connard ! »

(non, cette réplique ne venait pas de moi, mais bien de l'homme assis à côté, pris dans le jeu d'une série qui semblait pourtant faite pour les jeunes filles, ou les ménagères de plus de 70 ans)

- Ah c'est bon j'te prédis la fin, elle va se mettre avec le bogoss vantard, l'autre l'aimera en silence, et à la fin elle comprendra que c'est le second le bon...
-Tu crois, mais c'est pas possible d'être aussi débile !?»


DR.
Le soap prend largement le pas sur l'humour, et le triangle sentimental au coeur de la série est prétexte à tous les clichés sexistes imaginables.
L'héroïne, supposée grosse et peu attirante, est pourtant incarnée par une actrice assez sexy, vue en Constance Bonacieux dans un téléfilm où Vincent Elbaz jouait d'Artagnan... et surtout dans la comédie Girls & Sex, dont la critique a longtemps caracolé dans le top des plus vues de Krinein grâce à son titre "stratégique".

« Hey mais c'est allemand, en fait ! »

Eh oui, Le journal de Meg est bien une série allemande, et on n'est pas près de la voir disparaître de la grille de TF1, car trois saisons ont déjà vu le jour dans sa patrie. Vous allez vous manger de bonnes doses de chansons cucul et de conclusions à la Desperate Housewives, façon «untel prend la vie comme elle va, la vie prend unetelle à rebrousse-poil», etc

« Ah ! Tu viens de rire !
- Non mais j’ai même ri plusieurs fois, c’pas horrible, y a pire… les séries françaises. »