7.5/10Desperate Housewives - Saison 1

/ Critique - écrit par Emeric, le 19/11/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Attractive housewives (Ecrivez votre critique)

Tags : episode saison susan bree gabrielle scavo lynette

Et c'est ainsi que se termine la saison 1 de Desperate Housewives ; après 23 épisodes, on en apprend enfin plus sur l'étrange suicide de Mary-Alice Young. Pas de panique, je ne dévoile aucun indice, ni renseignement sur l'intrigue de cette saison. Voici cependant quelques éléments pour présenter cette nouvelle série à succès.

En effet, alors que rien ne le laissait présager, Mary-Alice va être retrouvée morte chez elle, dès le premier épisode ! Suicidée ! Elle interviendra ensuite en voix off en début et fin d'épisode pour commenter les actions et pensées de son entourage. Cet acte, qui bouleverse ses 4 voisines - Bree Van de Kamp, Lynette Scavo, Gabrielle Solis, et Suzanne Mayer -, lance ainsi le mystère de Wisteria Lane. Cette rue paisible, qui se trouve dans les beaux et riches quartiers de Fairview, sera le lieu où se dérouleront les scènes les plus comiques, dramatiques ou même sordides. C'est un monde où la valeur se compte dans les apparences, à celui qui aura la plus belle voiture, la plus belle pelouse. Avec ses faux airs de Melrose Place (le décor est le seul point commun entre les deux séries), l'accent et le charme de la série reposent ici sur les personnalités des quatres héroïnes, toutes femmes (ou mères) au foyer, ainsi que sur la qualité des dialogues ; souvent drôles, mais également cruels de dureté ; et je pèse mes mots. Aussi surprenant que cela puisse l'être, Desperate Housewives est la première série concernant la vie monotone et désespérée de ces femmes au foyer. Mark Cherry, l'auteur de la série, a vite tiré profit de sa formidable idée et a magnifiquement su transformer un soap classique en série mélo dramatique à suspense. On peut devenir vite accro et le succès de la série n'est que mérité.
La série s'attaque donc aux relations hommes-femmes, mari-épouse, parents-enfants. Pour cela, Mark Cherry va créer 4 situations par l'intermédiaire de quatres femmes toutes voisines sur Wisteria Lane.

Bree Van de Kamp est la femme parfaite. Avec son brushing toujours impeccable et ses vêtements jamais froissés, elle organise repas de famille ou dînés entre amis avec autant de raffinement, éduque ses enfants avec les valeurs américaines traditionnelles, s'investit dans différentes associations. Elle est donc irréprochable ? Et bien dans les apparences oui, mais aux yeux de sa propre famille non. Elle est jugée trop parfaite, trop maniaque et trop stricte. Son mari et fils lui donneront donc du fil à retordre.

Gabrielle Solis est la (très) jolie jeune femme de la série. Elle est mariée à un riche homme d'affaire qui lui offre tout ce dont elle rêve... Mais l'amour, lui, ne s'achète pas, et la belle Gabrielle préférera alors les roses de son jeune et beau jardinier...

Susan Mayer, divorcée, élève seule Julie, sa fille de 13 ans, à moins que ce ne soit le contraire! Pas toujours stable, elle n'hésite donc pas à prendre conseil et se réconforter auprès de sa fille. Notamment à propos du mystérieux plombier, Mike Delphino, fraîchement arrivé dans le quartier, dont elle tombera rapidement amoureuse. C'est le personnage attachant de la série, sur lequel s'acharne le mauvais sort, toujours victime de situations plus embarrassantes les unes que les autres, mais hilarantes pour le téléspectateur.

On terminera par Lynette Scavo, ex-cadre à responsabilités, qui a tout quitté pour s'occuper de ses 4 bambins. Alors que tout était sous contrôle au boulot, la situation à la maison devient vite ingérable pour elle, d'autant plus que son mari, Tom, continue son parcours professionnel. Alors jalouse Lynette?

A partir de là, Mark Cherry va jongler entre ces personnages en créant des situations comiques, tragiques. Tous les moeurs et actes de la vie quotidienne sont montrés du doigt. Tout cela en veillant à respecter une certaine équité. Seuls les personnages secondaires peuvent disparaître d'un épisode à l'autre. L'intrigue majeure avance doucement, et il faudra attendre les 13ème et 14ème épisodes pour en apprendre un peu plus. Sinon en terme de rebondissements à n'en plus finir, on est plus que servi, et à force, cela en devient quasiment trop pesant, ça touche presque le ridicule. Je reprocherai donc un surréalisme exagéré, certaines situations, très caricaturales ne font même pas rire, et apparaissent vraiment "too much". Ma préférence se porte d'ailleurs sur le couple le plus "sage", celui ne Lynette et Tom. On les sent plus justes, sereins, vrais. Cependant, on accepte ces situations extrêmes grâce au jeu des acteurs, tous irréprochables. La VO apporte forcément un petit plus mais l'adaptation française ne gâche rien aux dialogues très percutants et directs !
Diffusée en exclusivité sur Canal +, les non abonnés vont pouvoir découvrir prochainement cette nouvelle série sur M6. Je me suis plu à regarder les épisodes, à m'impatienter concernant le dénouement de l'affaire Mary-Alice. C'est finalement plus par curiosité pour le scénario, les dialogues et la mise en scène que j'ai suivi, avec plaisir, cette saison. Mais de là à en être accro, acheter les Dvds, il y a un pas que je ne franchirai pas. A ne pas rater, au moins pour se faire une idée !