6/10Journal intime d'une call-girl

/ Critique - écrit par Luz, le 14/06/2011
Notre verdict : 6/10 - Piper n'est pas jouer (Ecrivez votre critique)

Tags : call girl saison episode intime journal hannah

Billie Piper est Hannah, Hannah est Belle, Belle est Hannah, non non, Hannah n’est pas belle… enfin si, mais… ce n’est pas la bombe sexuelle des concours bikinis avec qui
DR.
on ne passe qu’une nuit, c’est plutôt la nana sexy, pleine de charme et de personnalité (c’est ce qu’on dit quand une fille a un visage… particulier, non ?), avec qui on s’imagine très bien petit-déjeuner. Sauf que non, pas question d’un petit déjeuner, ou alors il va falloir y mettre le prix. Ou l’attraper dans l’un des épisodes de
Doctor Who.

Belle est donc une escort-girl, call-girl, ou plus précisément une prostituée. Pas le genre misérable, à la botte d'un proxénète violent qui l'a importée d'Europe de l'Est, mais le genre travailleuse indépendante, qui a choisi de gagner sa vie avec son corps. La série vend donc un concept osé, qui s’annonce croustillant et sans tabou dans les premiers épisodes, basé sur les livres autobiographiques d'une prostituée londonienne surnommée Belle de Jour, et qui malheureusement s’effondre pour… une histoire d’amour, comme toujours. Parce qu’amourette semble rimer avec audience pour les séries, aucune ne s’en prive. Et c’est bien dommage, surtout quand elle donne l’impression de complètement passer à côté de son but. M’enfin fort heureusement, le Roméo en question est Callum Blue, le méchant Zod dans Smallville.

Question originalité de l'intrigue et des thèmes traités, on pourra repasser. Pourtant,
DR.
la série se regarde sans déplaisir, et s'inscrit dans la lignée de ses consoeurs briseuses de tabous sexuels : Californication, Sex & the City ou encore Nip/Tuck qui ont repoussé les limites connues de ce qu'on pouvait raconter dans une fiction télévisée à propos des activités horizontales (ou verticales d'ailleurs, ou en diagonale). Le triangle amical que Belle forme avec sa jeune collègue Bambi et son pote d'enfance Ben, sans être particulièrement explosif, permet de cimenter sa personnalité et de la rendre attachante. Il faut croire que le charme agit, insensiblement, puisque Journal intime d'une call-girl a connu quatre saisons (la dernière s'est terminée en mars dernier en Angleterre). En France, elle arrive en décalé sur la chaîne girly Téva (saison 3 depuis début juin) puis sur M6 (les saisons 1 et 2 repassent en ce moment).

Pour la petite histoire, l'identité de Belle de Jour a été dévoilée deux ans après le début de la série : il s'agit d'une chercheuse scientifique appelée Brooke Magnanti, qui assume parfaitement son passé de prostituée et ne crache pas sur la notoriété que lui apporte l'adaptation de ses bouquins.