7/10Legend of the Seeker, la vérité sur la saison 2

/ Critique - écrit par Nicolas, le 13/01/2011
Notre verdict : 7/10 - Take a Mord'Sith, please. (Ecrivez votre critique)

Tags : seeker legend episode saison richard verite epee

Le sourcier de vérité nous fait ses adieux à travers une seconde saison pas exempte de défauts, mais remplie de bonnes idées. Une jolie blonde prénommée Cara n'y est d'ailleurs pas étrangère.

Après 44 épisodes, Legend of the Seeker s’achève en délaissant les fans de fantasy. La série ne répondait pas, certes, d’une qualité exceptionnelle, mais elle affichait une bonne volonté suffisante pour donner envie de suivre les aventures de Richard Cypher et ses amis. Sa seconde saison ne désagrège en aucune façon cette affection, et propose même quelques éléments de renouveau qui auraient pu faire merveille dans l’avenir. Au lieu de ça, eau de boudin.

Darken Rahl rejoint son maître de toujours, le gardien de l’Outremonde. La destruction des boîtes d’Orden a permis à celui-ci d’ouvrir une brèche entre le monde des morts et celui des vivants, précipitant la terreur sur le monde de D’Hara. Richard, se sentant responsable des évènements, repart sur les chemins pour trouver la pierre des larmes, un artefact divin susceptibles de sceller la déchirure.
C’est dans scs moments de ténèbres qu’il apprend être le frère de Darken Rahl, de ce fait le nouveau seigneur de D’Hara…

Legend of the Seeker, la vérité sur la saison 2
DR.Ce que l’on peut dire, c’est que l’évolution des personnages ne se fait pas trop sentir. Normal, me direz-vous, peu de temps s’est passé entre les évènements de fin de première saison et les tribulations présentes. On retrouve donc Richard, au top de sa condition de sourcier de vérité, avec néanmoins une longueur de cheveux en plus et quelques poils au visage ; Kahlan abandonne sa toge blanche pour une combinaison plus ouverte sur les jambes, et un décolleté un peu plus plongeant ; et il n’y a bien que Zedd pour ne pas prendre une ride. Tous ont évidemment conservé leur droiture, leur soif de justice et de liberté, d’ordre et d’harmonie, et on se demande bien alors ce qui pourrait animer leur relation de groupe.
Ici intervient donc l’une des meilleures idées de cette saison : Cara Mason. Mais si, vous la connaissez : dans la première saison, c’était une Mord’Sith, et elle menait la vie dure à Richard lors des deux derniers épisodes ! En deux coups de cuillère à pot (= un épisode), Cara rejoint la compagnie en conservant néanmoins ses caractéristiques principales : combinaison de cuir moulante, bâtons magiques de torture, et des méthodes expéditives – elle abandonne néanmoins sa tresse pour une coupe carrée lui allant à ravir, et se débarrasse d’une petite partie de sa tunique pour laisser entrevoir son décolleté. Legend of the Seeker, la vérité sur la saison 2
DR.
Elle se place en parfait antagoniste de Kahlan, celle-ci étant plutôt habituée à la compassion et à justice égalitaire, et de Zedd, Cara étant immunisée à la magie. Il est dommage de voir que le concept (un monstre de violence au milieu de trois brebis effarouchées) se montre parfois édulcoré, Cara se montrant un peu trop docile, mais sa verve et son esprit pragmatique réservent de jolis moments décalés, parfois forts drôles.
En marge de ça, l’actrice personnifiant Cara (Tabrett Bethell) possède également le charisme qu’il fallait pour donner vie au personnage, et ne fait absolument pas tâche dans le casting – qui, rappelons-le, est un des points forts de la série. Craig Horner, Briget Regan, et Bruce Spence démontrent toujours de grande facilité à incarner et faire apprécier leurs personnages, par leur bonne volonté et leurs talents respectifs. Chacun donne de sa personne non seulement dans des affrontements de grande technicité, mais également dans des scènes plus intimistes, plus sentimentales. Il faut également rendre hommage à Craig Parker pour son interprétation de Darken Rahl, toujours aussi juste et morbide. L’acteur démontre également son aptitude à jouer la comédie dans l’un des épisodes clés, Le Sosie (E18).

Legend of the Seeker, la vérité sur la saison 2
DR.
L’histoire suit plus ou moins l’intrigue du second volume La Pierre des larmes, en modifiant néanmoins l’histoire pour rester cohérent avec les choix de la première saison, et pour faire son affaire : 22 épisodes sont attendus, il y aura forcément du remplissage, du détour, et du déchet. Les épisodes Les Sœurs de la Lumière (E08) et Le palais des prophètes (E09) mettent en place deux nouveaux arcs scénaristiques qui jalonneront la série : les sœurs de la Lumière / des ténèbres, et Nicci. Deux nouvelles menaces qui entraveront la progression du gardien, au beau milieu d’une série de prophéties qui ne seront pas là pour aider Richard et sa troupe. Le groupe de magiciennes sera un peu utilisé à toutes les sauces, mais donneront lieu à des problématiques assez épiques et des affrontements d’une belle beauté plastique.
C’est évidemment les épisodes mettant en valeur Cara qui seront les plus appréciés. Princesse (E13) est globalement assez rigolo grâce à la bonne humeur du trio Cara / Richard / Zedd, Affamés (E12) nous redonnera un peu de mentalité Mord’Sith – dommage que le problème et sa résolution seront injectés dans le même épisode -, et Procès (E03) confèrera un peu de volume au personnage tout de cuir vêtu. Legend of the Seeker, la vérité sur la saison 2
DR.
Zedd, largement au second plan, retrouvera son statut de personnage principal dans quelques épisodes moyens, notamment Vengeance (E16), mais récupèrera sa gloire dans des scénarii un peu plus aboutis, tels Une nouvelle prophétie (E21) et Déchirée (E11). Ce dernier sera également l’occasion de mettre en avant la dualité des sentiments de Kahlan, qui n’a pas grand chose à ronger dans cette saison – sa relation avec Richard demeurant au statu quo tout du long.
Cette saison 2 a disposé néanmoins d’un certain temps d’adaptation après la déclaration de son annulation, et parvient à terminer ses intrigues en cours au terme d’un épisode final assez maigre. Son dénouement est un peu niais, facile, et expéditif, ce qui est dommage lorsque l’on se rend compte du chemin parcouru. Si, au moins, on se sera pas trop frustré par l’interruption, une petite voix nous réclame un surplus : que se passe-t-il après, que deviennent-ils ? Quasiment tous les personnages rejoignent une sorte de file d’attente, un endroit où le futur leur est incertain. Un épisode supplémentaire, quitte à ce qu’il soit un peu simple et sans enjeu, n’aurait pas été de trop pour terminer les intrigues secondaires mais néanmoins béantes que sont celles de Cara, Darken Rahl, les sœurs de lumières et des ténèbres, les Mord’Sith, et d’autres encore.

Legend of the Seeker conserve ses caractéristiques principales – sa mentalité manichéenne, ses affrontements brutaux et techniques, sa réalisation tape-à-l’œil mais sympathique, son casting au poil -, et en profite pour ajouter quelques éléments un peu macabres – les agents du gardien, le comportement des sœurs des ténèbres. Le nouveau membre de la compagnie de Richard, la Mord’Sith Cara, redynamise le groupe et offre quelques belles joutes verbales, même si le personnage est un peu trop effacé par rapport à ce qu’il pourrait être. L’annulation de la série contraint celle-ci à finir ses intrigues au plus vite, ce qui peut laisser un goût un peu amer en bouche.