9/10Psikopat

/ Critique - écrit par iscarioth, le 10/11/2005
Notre verdict : 9/10 - Bienvenue dans la vie moins conne ! (Ecrivez votre critique)

Tags : psikopat etat prix zebu carali bandes pages

Psikopat est une revue créée en 1982 par le dessinateur Paul Karali, dit Carali. Ce dernier crée en 1985 les éditions du Zébu qui publient dès lors Psikopat et les albums des auteurs du journal.

Un ersatz de Fluide Glacial ?

Que trouve-t-on dans le magazine Psikopat ? Pour faire bref, de l'humour et de la bande dessinée. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Difficile, dès les premières lignes, d'éviter la comparaison avec Fluide Glacial, qui joue exactement sur le même terrain (même si, chez Fluide, on parle plutôt « d'umour et bandessinées »). Psikopat, un ersatz de Fluide ? Certainement pas. On peut même trouver des arguments portant la revue à un niveau bien plus élevée que sa camarade. On peut remarquer que Psikopat est de facture artisanale : un contenu noir & blanc, une mise en page épurée, un aspect fanzine (tout ce qu'était Fluide au départ !). Le magazine est, à l'opposé de Fluide qui fait partie du groupe Flammarion, un indépendant, édité, comme on l'a vu plus haut, par la maison créée par son fondateur. Ensuite, avec Psikopat, on se marre d'un rire accessible à tous, ce qui n'est pas le cas avec Fluide, dans lequel on retrouve un nombre conséquent de private jokes. En effet, Fluide Glacial fait preuve d'un humour assez nombriliste (c'est visible dès l'édito de Snoop et Fat Boy) avec des plaisanteries qui concernent au tiers la rédaction du journal. On a l'impression d'un cercle fermé, d'un contenu à destination d'une poignée d'anciens lecteurs fidèles. Avec Psikopat, pas besoin de connaître le nom du rédacteur en chef ni de savoir qui bosse au journal pour apprécier le magazine. Seul compte le contenu : l'humour. Mais arrêtons là l'analyse comparative, pour éviter de devenir trop partisan.

Déjanté !

Psikopat, c'est une revue qui a plus de vingt ans d'âge et dans laquelle on retrouve, chaque mois, ses habitudes. Tout d'abord, chaque numéro est dédié à une thématique particulière. Par exemple, en cette fin d'année 2005, on a eu droit aux « blogs » et aux « enfants gâtés ». Sur les vingt premières pages de chaque numéro, tout converge vers le sujet choisi : BD, illustrations, caricatures, anecdotes... Après ces quelques pages de thématique, arrivent les bd et nouvelles, avec des auteurs récurrents. On retrouve à chaque parution l'excellent Frantico, mais aussi Samos, Bouzard (qui travaille aussi pour Fluide) et Rifo (et son Hiroshiman déjanté et nonsensique)... A chaque parution, on retrouve aussi plusieurs pages d'illustrations, à la manière de ce qui se fait dans Charlie Hebdo, croquant l'actualité (avec des dessinateurs de renom comme Babouse ou Schwartz). Les nouvelles sont plus rares à lire que les bandes dessinées mais se distinguent vraiment par leur qualité. On ne tombe pas dans le travers de l'absurde et du nonsensique absolu. D'une manière générale, l'ambiance est à la franche rigolade, avec un esprit pipi-caca déjanté parfaitement assumé (vulgaire, diront certains). On remarque aussi une grande férocité, une verve critique, vis-à-vis des sujets sociaux et politiques. Un ton acerbe que l'on ressent tout particulièrement lors des thématiques.

Psikopat est la revue française de bande dessinée de référence. Même sans accrocher aux séries humoristiques au format album, on peut être pris par la lecture mensuelle de Psikopat. Lors de vos périples urbains, n'hésitez pas à aller vous procurer cette revue en kiosque. Le seul danger est d'attirer démesurément l'attention sur vous dans le train ou le métro, à la suite de quelques francs éclats de rire.